Croustillants de crevettes panées au Livarot E. Graindorge

croustillants_de_crevettes_panees_au_livarot_e_graindorge

Une recette de Michel Bruneau,
ancien chef étoilé du restaurant La Bourride à Caen

Proportions pour 4 Personnes  Temps de Préparation 20 Minutes
Temps de Cuisson (Pas de Cuisson)

 

► 1 barquette de 125 g de crevettes grises décortiquées
► 100 g de Livarot E. Graindorge
► 300 g de béchamel maison bien épaisse
► 1 jaune d’œuf
► 1 pincée de curry doux, sel
► chapelure fine
► 1 poignée de roquette
► Friture
► 100 g de farine
► 2 œufs

①• Mélanger le jaune d’œuf dans la béchamel chaude, ajouter les crevettes et le Livarot E. Graindorge coupé en dés, saler très légèrement, ajouter le curry, verser la sauce dans un moule à gâteau sur une épaisseur d'environ 2,5 cm. La laisser refroidir et durcir au congélateur 1 h.

②• Façonner la pâte en petits bouchons, les passer dans un peu de farine, puis dans les œufs battus, et enfin dans la chapelure.

③• Remettre les croustillants 2 h au congélateur pour les raffermir.

④• Préchauffer la friture à 170 °C (th.5-6). Plonger les croustillants, pendant 5/6 min, les retirer dès qu'elles sont dorées.

Servir les croustillants avec des quartiers de citron et de la roquette assaisonnée d’huile d’olive, de citron et de sel.

Les astuces de Michel Bruneau
On peut ajouter quelques noisettes très finement hachées dans la chapelure, cela donnera un petit goût de noisettes torréfiées très agréable.
Pour alléger les croustillants, on peut remplacer la farine classique par de la farine de tempura.

Le Livarot E. Graindorge AOP depuis 1975

Né au cœur de la Normandie à la fin du Moyen-Age, le Livarot prend le nom de la petite ville de Livarot, située près de Lisieux, qui abritait un des plus gros marchés régionaux où se vendaient ces fromages.
Sa croûte lavée plusieurs fois au cours de l’affinage est jaune orangé, légèrement humide, renferme une pâte blonde et fondante. Fromage de caractère, ses arômes lui confèrent un goût prononcé, une saveur corsée et une longueur en bouche.

UN PEU D’HISTOIRE…

Là où le fromage Livarot donne ses lettres de noblesse à la commune normande du même nom, Eugène Graindorge, en 1910, transforme le lait de sa ferme en Livarots blancs (jeune et sans affinage) qu’il vend aux affineurs sur les marchés.
Dix ans plus tard, celui que l’on surnomme affectueusement «le grand-père » devient, à son tour, maître-affineur et installe ses premières caves à la Ferme de la Perelle à  Livarot. Il achète les fromages aux fermiers de la région qu’il sale, affine et  vend. Eugène Graindorge s’entoure de ses fils Bernard, Roger et de quelques  salariés. L’exploitation s’agrandit, toujours fidèle aux méthodes de fabrication traditionnelles.

Le Petit Livarot (250g) est en vente en GMS
au prix moyen conseillé de 3.19 €.
Il est également disponible avec des soins de croûte et un affinage spécifique
dans le réseau traditionnel sous la marque Père Eugène.

E.GRAINDORGE EN QUELQUES CHIFFRES….
Quatre fromageries

CA: 50 millions d’euros
  1er fabricant d’AOC Normandie
  160 producteurs de lait
  250 employés
  Production annuelle : 4 500 tonnes, soit 800 tonnes de Livarot, 1 000 tonnes de  Pont-l’Evêque, 1 000 tonnes de Camembert, 200 tonnes de Neufchâtel
  Deux réseaux de distribution : GMS : 65% – Réseau traditionnel : 35% dont 10% à  l’export [Angleterre, la Belgique, l’Allemagne, le Japon, l’Australie et les Etats-Unis]   Village Fromager à Livarot : ouvert du lundi au samedi de 10h à 17h, le dimanche en juillet et août – 50000 visiteurs par an

Pour plus d’informations sur la Fromagerie E.Graindorge

rendez vous sur www.graindorge.fr

© Fromagerie E.Graindorge | Recette : © Michel Bruneau | Crédits Photos : © Fromagerie E.Graindorge
Tous droits de reproduction réservés

ÇA PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page