Papillotes de saumon aux légumes d’été et à la menthe fraîche

papillotes_saumon_legumes

Proportions pour 4 Personnes Temps de Préparation 15 Minutes
Temps de Cuisson 15 Minutes

 

► 4 pavés de saumon sans la peau
► 4 courgettes
► 2 fenouils
► 4 oignons nouveaux
► 1 bouquet de menthe
► 1 citron
► 2 c à soupe d’huile d’olive
► Papier sulfurisé
► Sel
► Poivre du moulin

1• Préchauffer le four à 180°

2• Laver soigneusement la menthe et les légumes puis couper les courgettes en rondelles, émincer les fenouils et les oignons nouveaux.

3• Détacher 24 belles feuilles de menthe.

4• Faire sauter les légumes à feu vif  2 minutes dans une poêle avec l’huile d’olive et réserver.

5• Couper 4 rectangles de papier sulfurisé et déposer les légumes et les pavés de saumon au centre.

6• Saler, poivrer, ajouter un filet de jus de citron et 6 feuilles de menthe par papillote.

7• Les refermer hermétiquement en repliant les bords plusieurs fois et enfourner 15 minutes à 180°.

Servir aussitôt avec un Riesling d’Alsace*
* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé – A consommer avec modération

Le Riesling d'Alsace

Brillant de mille feux dans sa jeunesse, il se pare de reflets d’or en se patinant. Fruité, floral et aromatique, le Riesling d’Alsace, du fait de sa structure et de sa complexité, est un vin capable aussi bien d’accompagner les classiques alsaciens, que les mets les plus délicats de la grande cuisine. Cet athlète accompli ne connaît aucune limite et fait la joie des chefs du monde entier!

Histoire

C’est le cépage rhénan par excellence ! Chacun s’accorde à reconnaître que la vallée du Rhin est son berceau. Pour certains, il s’agirait de l’Argitis minor des romains et sa culture remonterait à l’occupation romaine. D’après Stoltz, le Riesling fut introduit au IXe siècle dans les vignobles du Rheinghau. En 843, au lendemain du partage de l’empire de Charlemagne, Louis II le Germain fit planter du gentil aromatique le long du Rhin. Ce cépage prit bientôt le nom de riesling, nom qui vient de riesen (couler en allemand) car avant qu’il ne se soit acclimaté à l’Alsace, il était sensible à la coulure (lors de conditions climatiques défavorables, comme des pluies au moment de la floraison, la fleur tombe par terre. Il n’y a donc pas de production de raisins). Différent de son cousin allemand, le riesling alsacien a été implanté dans notre région dès la fin du XVe siècle. Il est couramment cité le siècle suivant mais sa culture ne se développe que dans la seconde moitié du XIXe siècle. C’est après les années 1960 qu’il accèdera au premier rang des surfaces de production en Alsace.

Dégustation
 
Oeil : la robe est d’un jaune pâle avec des reflets verts et brillants qui soulignent déjà sa fraîcheur caractéristique.
 
Nez :
son bouquet est d’une grande finesse, racé, avec de subtils arômes fruités (citron, citronnelle, pamplemousse, pêche, poire, fruits compotés…) et floraux (fleurs blanches, tilleul, ortie blanche…) ou encore d’anis, cumin, réglisse et graine de fenouil. Dans son évolution, le Riesling est unique car en fonction du sol sur lequel il est planté, il développe des arômes minéraux (pierre à fusil, silex, « pétrole »…). Ces arômes très particuliers se retrouvent dans les vins de terroir (Grands Crus, lieux-dits).
 
Bouche :
ce vin sec est « vertical ». Il est construit autour d’une grande fraîcheur que l’on apprécie du début jusqu’à la fin de la dégustation, le milieu de bouche étant marqué par de l’ampleur et du « gras ». Cette structure, racée et délicatement fruitée, fait de lui le partenaire idéal de la haute gastronomie.
Le Riesling d’Alsace possède des arômes caractéristiques qui se développent intensément dans certains terroirs. C’est un vin de garde qui peut se bonifier en bouteille pendant des décennies.
Vendangés tardivement, les Riesling dits de "vendanges tardives" ou de "sélection de grains nobles" donneront des vins d’une très grande classe, capiteux, plus ou moins moelleux et d’une merveilleuse harmonie.

 

Accords mets-vins

Reconnu comme l’un des meilleurs cépages blancs au monde, le Riesling d’Alsace est un vin de gastronomie par excellence. Au-delà des accords qu’on lui connaît naturellement avec la cuisine alsacienne (choucroute, matelote, palette de porc fumée…), il excelle avec les poissons, les coquillages (St Jacques) et les crustacés. Il souligne avec grâce les saveurs iodées des produits de la mer. Il est tout autant admirable avec les volailles, les viandes blanches ou encore les fromages de chèvre. Elaboré en Vendanges Tardives, il sera un partenaire idéal des desserts incluant des agrumes comme la tarte au citron
 

Le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace – CIVA

Le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA) a été institué par décret en date du 22 avril 1963.

Son champ d’activité couvrait à l’origine l’Appellation d’Origine Contrôlée "Alsace", reconnue par décret du 3 octobre 1962.

Il s’est étendu par la suite aux appellations "Alsace Grand Cru" et "Crémant d’Alsace" reconnues respectivement par décret du 20 novembre 1975 modifié en 1992, et décret du 24 août 1976.

Ainsi le Comité Interprofessionnel du Vin d’Alsace tel qu’il était dénommé au départ, est-il devenu par la suite "Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace" notamment pour tenir compte de la diversité des vins

d’Alsace et de leurs appellations.

Pour plus d’informations sur le

Conseil Interprofessionnel des Vins d'Alsace – CIVA
 
rendez-vous sur

www.vinsalsace.com

© Conseil Interprofessionnel des Vins d'Alsace – CIVA – Crédits photo : © Philippe Asset/CIVA – Vins d’Alsace/© SPACH-Conseil Vins Alsace

ÇA PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page