samedi 24 août 2019 - 22:19
 
 
Generic selectors
Mot exact
Dans le titre
Dans le contenu
Dans les articles
Dans les pages
Filtrer par catégories
Agneau
Apéritifs
Apéritifs
Art de la table
Art de Vivre
Bagels
Balades & sorties gourmandes
Beignets
Beignets
Bœuf
Boissons sans Alcool
Bonbons
Boulangerie
Cakes
Chandeleur
Charcuteries
Chaussons
Cheval
Chevreau
Chocolats
Cocktails
Concours
Confiseries
Confitures
Crèmes & Sauces
Crêpes & Galettes
Crêpes & Gaufres
Crêpes salées
Crêpes sucrées
Croques
Crustacés & Mollusques
Cuisine de la Mer
Cuisine du Monde
Cuisine Régionale
Cuisine Végétarienne
Cuisine Veggie
Desserts
Desserts
Dictionnaire de Cuisine
Entrées
Entrées
Entrées Chaudes
Entrées Froides
Équipement de la cuisine
Fajitas
Fromages & Œufs
Fruits
Fruits de Mer
Galettes de sarrasin
Gaufres
Gibiers
Glaces & Sorbets
Goûters | Petits Déjeuners | Smoothies
Hamburgers
Hot-Dogs
L'Info culinaire
La Cuisine des Petits Chefs
Lapin
Légumes & Accompagnements
Livres & Magazines
Makis
Mises en Bouche
Nems
Noël
Nouveautés Produits
Pains
Pâtes
Pâtisserie
Pizzas
Plats
Plats Uniques
Poissons
Porc
Potages | Soupes | Veloutés
Produits Tripiers
Quiches & Tartes
Recettes Chrono
Recettes de cuisine
Recettes Minceur
Recettes par Thème
Repas de Fêtes
Salades
Samoussas
Sandwichs
Snacks
Suggestions de la semaine
Tacos
Tartines
Tortillas
Veau
Verrines Salées
Verrines Sucrées
Viandes
Viennoiseries
Vins & Spiritueux
Volailles
Wraps
Accueil / Recettes de cuisine / Cuisine de la Mer / Spaghettis de pommes de terre de primeur à la poutargue
Les Restos du Cœur

Spaghettis de pommes de terre de primeur à la poutargue

Imprimer

Crédit Photo : © CNIPT / Bernard Radvaner

Proportions pour 4 Personnes Temps de Préparation 25 Minutes
 Temps de Cuisson 15 Minutes

 

Une recette du chef Christophe Saintagne Restaurant Papillon (Paris 17ème )

La saison des pommes de terre de primeur est lancée : à table !
Présentes sur les étals dès les premiers jours d'avril jusqu'à la mi-août, les primeurs, délicates et raffinées, sont les premières pommes de terre de l'année !

► 400 g de pommes de terre de primeur
► ½ poutargue
► 2 gousses d'ail rose
► Piment d’Espelette en poudre
► ½ bouquet de basilic
► 4 cuil. à soupe d’huile d’olive
► 1 citron

①• Épluchez les pommes de terre puis détaillez-les en spaghetti à l’aide d’un coupe lanières. Faites bouillir de l’eau salée puis plongez-les environ 3 min pour les cuire al dente.

②• Retirez la cire et la membrane de la ½ poutargue. Détaillez-la en copeaux à l’aide d’une mandoline ou un économe. Réservez dans une assiette puis râpez les zestes de citron dessus. Pelez et hachez 1 gousse d'ail. Ciselez le basilic.

③• Une fois cuits, égouttez les spaghettis et disposez-les dans une jatte. Dans la même casserole, versez un filet d’huile d’olive, ajoutez l’ail haché et faites-le suer pendant 1 min en remuant. Saupoudrez de 2 pincées de piment d’Espelette.
Ajoutez les spaghettis. Versez le jus de citron et mélangez pour lier le tout. Incorporez le basilic ciselé et les copeaux de poutargue au citron et mélangez délicatement.

Servez immédiatement.

LA POMME DE TERRE INTERPRÉTÉE PAR
LE CHEF CHRISTOPHE SAINTAGNE

Restaurant Papillon (Paris 17ème )

PARCOURS DU CHEF CHRISTOPHE SAINTAGNE
Christophe Saintagne né en Normandie, passe son enfance dans la petite ville bien connue de Pont Audemer, lieu de naissance de Gaston Lenôtre, autre pape de la gastronomie. Il fait ses débuts chez Guillaume Louet puis Philippe Groult, un des équipiers de Robuchon. Après un service national effectué dans les cuisines du Palais de l’Elysée au service du Président Chirac en 1999, il rejoint son mentor le chef Alain Ducasse.
Par la suite, il continuera son aventure avec Jean-François Piège, et refera un passage dans les cuisines d’Alain Ducasse et au Meurice avant de lancer son projet personnel en ouvrant le restaurant Papillon dans le 17ème arrondissement de Paris. Il y délivre une haute gastronomie du quotidien.

CARNET DE CUISINE INTIME DU CHEF
Votre parcours est jalonné de maisons prestigieuses, Papillon, c’est votre restaurant signature ?
J’ai démarré mon apprentissage à 15 ans à l’école hôtelière. Puis j’ai nourri mon apprentissage au fil de mon parcours aux côtés d’autres chefs jusqu’à mes 37 ans. J’ai écouté les chefs, observé les clients, la société, les produits, les fournisseurs…

J’ai aussi collaboré à une collection de livres avec Alain Ducasse et Paule Neyrat, une nutritionniste pour exposer notre vision de l’alimentation au quotidien : comment manger tous les jours à la maison, pour pas trop cher, en mettant moins de gras, moins de sucre.Toutes ces expériences ont forgé le professionnel que je suis devenu.

En ouvrant Papillon, j’ai voulu trouver un lieu d’expression pour voler de mes propres ailes, et donner du sens à mon métier de restaurateur, être en contact avec les gens et avancer avec eux sur ce qu’on mange, quand, pourquoi… Je m’efforce d’y délivrer une cuisine accessible et de mettre mes envies en pratique.

Votre approche de la cuisine ?
Je cherche à cuisiner simple pour le meilleur ! Délivrer une cuisine sincère, c’est-à-dire qui respecte le produit. Je me laisse guider par les saisons et les très beaux produits qu’elles offrent, en associant les saveurs et en variant les textures.

La pomme de terre de primeur, en un mot, c’est ?
C’est avant tout un produit de saison, synonyme de fraîcheur, de goût et de l’arrivée des beaux jours du printemps !

Comment décririez-vous son goût ?
Ce qui est le plus remarquable, c’est sa douceur. Dans une préparation, elle ne prend pas le dessus mais ne se fait pas oublier non plus, elle épouse remarquablement les autres ingrédients.

Innovation ou tradition ?
Tradition tout d’abord, y compris pour la pomme de terre de primeur. Car c’est à travers la tradition que l’on peut ensuite innover. Ce sont nos souvenirs qui nous permettent d’aller de l’avant, d’être créatifs.

Les meilleures façons pour vous d’accommoder la pomme de terre de primeur ?
Je privilégie une cuisson toute simple, à l’étuvée, avec des pommes de terre de primeur épluchées et coupées en morceaux. Puis, je les arrose d’un petit filet d’huile d’olive et je les fais revenir avec un peu d’ail. Je déglace ensuite avec une petite cuillère de vin jaune, par exemple. Préparées ainsi, elles sont parfaites, fondantes et parfumées.

Et des choses à ne pas faire ?
La pomme de terre de primeur est délicate, il ne faut pas la laisser attendre une fois cuite, ne pas la réserver au réfrigérateur. Il faut la consommer rapidement une fois préparée, la laisser à température ambiante. C’est là où elle sera la plus parfumée, la plus savoureuse en bouche.
La peau de la pomme de terre de primeur, fine et peleuse, a également son intérêt gastronomique.
Tout à fait mais dans ce cas-là, je préfère les faire rôtir, là-aussi dans un peu de beurre mousseux et d’ail haché. La cuisson doit être lente et très douce ; on retire ensuite le surplus de beurre et l’on garnit d’un peu de persil. C’est simple, juste parfait.

La pomme de terre de primeur aime donc la simplicité ?
Oui, car elle a un goût prononcé et qu’elle est très facile à cuire, elle se suffit presque à elle-même. Après, ce que l’on y ajoute dépend de la personnalité du chef.

Vos associations favorites ?
Pour moi, l’association idéale, c’est la morille. Contrairement à ce que l’on pense souvent, c’est un champignon du printemps, en avril, on est en pleine saison. Son côté terreux renforce la gourmandise du produit, évoque les sous-bois, la forêt. Les asperges vertes, tout aussi printanières, font également une très belle association grâce à leur fraîcheur et à leur croquant.
Une idée de salade pour nos pommes de terre de primeur ? Achetez des sardines fumées, ou des sprats, et faites cuire vos pommes de terre à la vapeur. Surtout, ne les laissez pas au frigo, puis épluchez-les et taillez-les. Un petit filet d’huile d’olive, de l’échalote très finement coupée, vos sardines, un peu d’herbes fraîches et c’est tout : un régal !

UN PEU DE « CULTURE » AUTOUR DE LA POMME DE TERRE !

Rappelons que la culture de la pomme de terre en France est pratiquée sur environ 125 000 hectares et représente en moyenne 5 millions de tonnes chaque année. Légume préféré des Français, la pomme de terre est la première denrée non céréalière au monde.

97% des Français mangent de la pomme de terre dont 60% au moins une fois par semaine. Elle est appréciée pour la diversité des recettes qu’elle propose : on ne s’en lasse pas ! On peut même introduire de la pomme de terre dans les recettes où il n’y en a pas habituellement.

À propos du CNIPT
Créé en 1977, le CNIPT, Comité National Interprofessionnel de la Pomme de Terre, est l’organisme interprofessionnel reconnu par les Pouvoirs Publics (loi du 10 juillet 1975) dans le secteur de la pomme de terre de consommation (conservation et primeur), vendue sur le marché du frais en France et à l’export. Il agit dans le cadre du règlement de l’Union européenne n°1308/2013 du 17 décembre 2013.

Le CNIPT rassemble et représente tous les opérateurs de la filière pomme de terre fraîche, de la production à la distribution.


Retrouvez toutes les infos sur la pomme de terre
www.cnipt-pommesdeterre.com
et www.lespommesdeterre.com

© CNIPT | Crédits Photos : © UE/CNIPT/Bernard Radvaner
Recette : © Christophe Saintagne | Tous droits de reproduction réservés

Ça peut aussi vous intéresser

 

À découvrir en vidéo

Laisser un commentaire