Pot-au-feu de canard

Recette : © Anne Guillot-Kipman et Richard Fanton/Interfel | Photo : © Philippe DUFOUR/Interfel

Proportions pour 4 Personnes Temps de Préparation 20 à 40 Minutes
Temps de Cuisson 40 Minutes

 

Pour affronter les frimas ou tout simplement se régaler, un bon pot au feu au canard à partager, bien au chaud. Poireaux, carottes, navets, les grands classiques du pot-au-feu pour escorter du magret de canard dans un pot-au-feu revigorant.

► 2 magrets de canard
► 4 branches de thym
► 2 poireaux
► 1 oignon
► 2 navets
► 2 carottes
► ½ chou vert
► 1 branche de céleri
► 1 clou de girofle
► 1 feuille de laurier
► 1 cube de bouillon de volaille

①• Éplucher et laver tous les légumes. Couper les poireaux et les carottes en deux dans l’épaisseur puis dans la longueur. Couper les navets en quartiers.

②• Quadriller la peau des magrets puis les faire dorer côté peau dans la cocotte pour les dégraisser. Les enlever de la cocotte puis les couper en deux dans la largeur. Les ficeler avec le thym de sorte à obtenir la forme des paupiettes.

③• Faire dorer rapidement les légumes (poireaux, carottes, navets) à feu vif dans la cocotte avec la graisse de canard. Les réserver hors de la cocotte.

④• Déposer dans la cocotte les paupiettes de canard, l’oignon piqué du clou de girofle, le céleri coupé en morceaux, le laurier et le cube de bouillon de volaille. Couvrir d’eau puis faire mijoter à feu doux environ 40 min.

⑤• Couper le chou en 4 morceaux. Verser les légumes dorés et le chou dans la cocotte (au besoin ajouter un peu d’eau) et cuire à découvert encore 30 min.

Servir en assiettes creuses accompagné d’une sauce tartare.

Malin !
Pour une sauce tartare express : mélanger dans un grand bol un peu de mayonnaise maison. Ajouter des câpres et des cornichons en dés, de l’estragon, du persil plat, de la ciboulette et du cerfeuil ciselés.

Variante estivale: réaliser la même recette mais remplacer les poireaux, carottes et navets par des aubergines, des poivrons, des courgettes et des tomates. Parfumer le plat avec de l’ail (pour remplacer l’oignon), du thym et du basilic (pour remplacer le laurier et le céleri). Au moment de servir, rehausser d’une petite pointe de piment d’Espelette. Remplacer la sauce tartare par un bon pesto maison.

NAVET

Carte d'identité

Avec la carotte et le poireau, le navet est le troisième mousquetaire des légumes dits "basiques". Originaire d’Europe de l’Est, cette racine gorgée d’eau n’est pas aussi fade que sa réputation le laisse entendre. Au contraire, son goût caractéristique donne une touche indispensable à de nombreuses spécialités régionales comme à des plats très raffinés. Ses qualités nutritionnelles en font un compagnon de votre bien-être, apprécié de l’automne au printemps.

En bref

• Le navet est une racine, mais saviez-vous qu’il appartient à la famille des choux ?
• Légume populaire à travers les siècles, il a l’avantage de pousser sur des sols pauvres. Cela lui a valu d’être pendant longtemps un aliment de base de nombreux plats rustiques.
• Il a été très longtemps l’un des aliments de base.
• Sa douceur est appréciée au printemps. En hiver, son caractère plus marqué entre dans la composition des soupes ou du pot-au-feu.

Production

Production (à destination du frais, hors transformation)

France : 55 000 tonnes [1]

– Bretagne : 18 %
– Nord-Pas de Calais : 16 %
– Basse-Normandie : 13 %

Europe : 300 000 tonnes [2]

La France est le 3e producteur européen de navet, après le Royaume-Uni et l'Italie.

Consommation

Les Français consomment environ 850 g de navet par ménage et par an. [3]

[1] Agreste – Moyenne 2010-2014
[2] Eurostat – Moyenne 2009-2014
[3] Kantar Worldpanel – Moyenne 2011-2015


Pour en savoir plus,
rendez-vous sur
www.lesfruitsetlegumesfrais.com


© Interfel | Photos : © Philippe DUFOUR/Interfel
Recette : © Anne Guillot-Kipman et Richard Fanton/Interfel
Tous droits de reproduction réservés

ÇA PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page