Le Pegan diet, le régime des compromis

La tendance est de plus en plus à l’alimentation végétale. De fait, de nombreux régimes alimentaires évoluent vers une suppression de la consommation des produits animaux, au profit de ceux végétaux. Toutefois, de nombreuses polémiques ont vu le jour quant au bien-fondé de la consommation exclusive d’aliments d’origine végétale. Pour cette raison, les régimes végétaux qui n’impliquent pas une restriction stricte en matière de consommation de produits animaux ont de plus en plus la cote. Le nouveau venu est le régime Pegan. Son principe fait de lui un régime qui accepte quelques compromis.

Qu’est-ce que le régime Pegan ?

 

Créé par le Dr. Mark Hyman, le régime Pegan est à la croisée du veganisme et du paléolithique. Il consiste en une alimentation composée essentiellement de fruits, de céréales complètes et de légumes, avec une consommation n’excluant pas les produits animaux. C’est un régime particulièrement intéressant, quand on considère le fait que de plus en plus de personnes se demandent de nos jours si le véganisme ou le végétarisme est une bonne chose. Car, quoi qu’on en dise, il est difficile de remplacer efficacement l’apport protéique des produits animaux. Le Pegan diet apparaît donc comme une bonne alternative, car il est respectueux de la vie animale, de l’environnement, mais aussi des exigences de l’organisme. Il rassemble les bienfaits des régimes vegan et paléo, tout en faisant l’impasse sur leurs défauts respectifs.

Que préconise le diet Pegan ?

 

Si vous voulez passer au Pegan, il vous suffit de consommer les légumes sans modération, notamment les légumes de saison, d’agrémenter avec des fruits ayant faible teneur en sucre, et des céréales sans gluten. Les produits animaux sont considérés comme un accompagnement et peuvent être consommés à raison de 25% par jour. Les peganistes sont autorisés à prendre des œufs frais, de la viande de porc, de la volaille et du bœuf, sans oublier des poissons pauvres en mercure. Ils peuvent également se permettre de consommer la graisse contenue dans les avocats, l’huile d’olive ou les noix (à l’exception de la cacahuète). Comme la plupart des nouveaux régimes, le Pegan accorde la priorité à la consommation de produits sans additifs et sans colorants. Pour finir, le régime interdit la consommation du lait de vache et du yaourt. Ces derniers peuvent être remplacés par le lait de brebis ou de chèvre (en quantité raisonnable).

Va-t-on oui ou non suivre la tendance ?

 

Aujourd’hui, bon nombre de personnes sont partagées et hésitantes face à la pléthore de régimes qui existent. On veut manger sain, on veut respecter la nature, on veut arrêter l’exploitation animale ; et on veut faire tout ça sans se ruiner, car certains régimes riment avec gros budget.

De façon pratique, le régime Pegan se présente alors comme une façon réaliste d’atteindre tous ces objectifs. Il ressemble à l’alimentation « de tous les jours », mais est plus modéré, plus surveillé et surtout plus sain. Il met fin à toutes les polémiques et assure un bien-être certain pour l’homme et la nature. Il est vrai qu’il fait aussi la guerre aux produits transformés, mais il s’agit d’un compromis obligatoire pour être en bonne santé. Alors, peut-on oui ou non se mettre au régime Pegan ? C’est à vous de voir.

ÇA PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page