Crumble de butternut aux Noix du Périgord AOP

© Syndicat professionnel de la noix et du cerneau de Noix du Périgord AOP
Crédit Photo : © Julie Mechali – Photographe | Recette : © Annelyse Chardon – Créatrice de recettes et styliste culinaire

Proportions pour 4 Personnes Temps de Préparation 20 Minutes
Temps de Cuisson 50 Minutes

 

Savoureux et fondant, craquant et riche en goût, ce crumble authentique de nos terroirs est un pur régal, les gourmets comme les gourmands vont se régaler.

► 250 g de cerneaux de Noix du Périgord AOP
► 1 courge Butternut (environ 1,2 kg)
► 1 oignon
► 1 gousse d’ail
► 1 orange
► 1 cuil. à soupe de miel
► 1 cuil. à soupe de romarin ciselé
► 100 g de lardons
► 100 g de beurre
► 100 g de farine
► Sel, poivre

①• Préchauffez le four à 180°C (Th.6).

②• Coupez la courge butternut en deux, épluchez-la et retirez les graines. Coupez la chair en gros dés. Mettez-les dans un plat à four, ajoutez l’ail et l’oignon épluchés et émincés, 100 g de cerneaux de Noix du Périgord AOP concassés, les lardons, le miel, le jus et le zeste de l’orange, du sel et du poivre. Mettez à cuire pendant 30 minutes au four.

③• Pendant ce temps, préparez la pâte à crumble : mixez 100 g de Noix du Périgord AOP avec la farine, 1 petite cuil. à café de sel, le romarin ciselé et le beurre pour obtenir une pâte molle.

Émiettez cette pâte sur le dessus du plat, parsemez des 50 g de noix restantes et remettez au four pour 20 minutes de cuisson.

Petit plus : servez ce crumble en plat principal avec de la salade verte, ou bien servez-le en accompagnement d’une volaille rôtie.

www.aopigp.eu

Cet hiver faites vos réserves de Noix du Perigord AOP !

Dans le cadre de la campagne européenne « L’Europe signe les produits de ses terroirs » qui met à l’honneur les appellations AOP-IGP, on vous invite à redécouvrir un fruit à la saveur unique, héritage du patrimoine gastronomique du Sud-Ouest. Elle se savoure aussi bien dans des recettes salées que sucrées, retrouvez la Noix du Périgord AOP, en coque ou en cerneaux et craquez pour son goût incomparable.

Ce que l’AOP garantit pour la Noix de Périgord :
• L’origine d’un terroir
• Des variétés identifiées
• Un savoir-faire lié à la culture du noyer et à une pratique ancestrale de l’énoisage (extraction du cerneau de sa coquille)
• Des conditions de ramassage, de séchage, de conservation maîtrisées qui garantissent la qualité organoleptique des noix tout au long de l’année.
• Une production triée, calibrée et contrôlée, depuis les vergers jusqu’au conditionnement dans l’aire géographique

Crédit Photo : © Syndicat professionnel de la noix et du cerneau de Noix du Périgord AOP

Le Périgord, berceau de la noix
C’est dans les premiers contreforts du Massif Central que s’épanouissent les vergers de noyers dont est issue la célèbre Noix du Périgord. L’AOP Noix du Périgord rassemble 4 variétés traditionnelles : Franquette, Marbot, Corne et Grandjean.

Chiffres clés
956 producteurs
4913 hectares de vergers
612 communes en Nouvelle-Aquitaine et Occitanie composent l’aire géographique de l’appellation d’origine
6200 tonnes/an de production moyenne

Qu’est-ce qu’une AOP et IGP ?
L’AOP consacre un produit d’une certaine notoriété, fabriqué dans une zone géographique strictement définie, selon un savoir-faire traditionnel et reconnu. Le produit est indissociable de son terroir et ne peut pas être reproduit dans d’autres endroits : la production, la transformation et l’élaboration doivent absolument avoir lieu sur ce territoire selon les règles édictées par le cahier des charges.

L’IGP marque également l’ancrage territorial des produits, avec des conditions d’obtention et de contrôle très exigeantes, comme pour l’AOP. Toutefois, une seule des étapes de production, de transformation ou d’élaboration doit avoir lieu dans l’aire géographique définie par le cahier des charges.

Le contenu de cette campagne de promotion refète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne et l’Agence exécutive pour les consommateurs, la santé, l’agriculture et l’alimentation (CHAFEA) déclinent toute responsabilité quant à toute utilisation qui pourrait être faite des informations qui y fgurent.

FRANQUETTE, la plus courtisée dans le Périgord. Elle est appréciée et adoptée par tous pour son petit goût de noisette.
MARBOT, la traditionnelle, est principalement dégustée fraîche. Riche en eau, son cerneau est blanc et croquant.
GRANDJEAN, la typique, est la plus forte en caractère. Sa saveur est fortement marquée, doublée par une pointe d’amertume.
CORNE, la rustique, se distingue par une coquille solide qui renferme un cerneau très clair, sa saveur douce et sucrée lui confère un goût subtil et raffiné.

Des modes de dégustation originaux
La noix se décline en différents produits, pour des dégustations aux saveurs toutes plus subtiles : noix fraîche, noix sèche et cerneau de noix.

La noix fraîche est un produit primeur. Elle est récoltée, encore riche en eau, dès la mi-septembre, et se reconnaît à son cerneau très blanc qui offre une fraîcheur incomparable. Sa période de commercialisation est très courte.

La noix sèche est ramassée dès les premiers jours d’octobre, elle est lavée et séchée. Fruit sec, elle est disponible toute l’année. Une fois sa coquille brisée, le fruit se dévoile et les douces odeurs du Périgord se révèlent…

Le cerneau de noix est extrait de la coquille après séchage, le tri des cerneaux se fait ensuite selon leur forme et leur couleur. Prêt à l’emploi, le cerneau répond aux modes de consommation moderne. Nature, il est apprécié à l’apéritif et en grignotage. En confiserie, il est enrobé de chocolat, de caramel… En salé ou en sucré, il défie la créativité des cuisiniers.



www.noixduperigord.com


© Syndicat professionnel de la noix et du cerneau de Noix du Périgord AOP
Crédit Photo : © Julie Mechali – Photographe | Recette : © Annelyse Chardon – Créatrice de recettes et styliste culinaire
Tous droits de reproduction réservés

ÇA PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page