Accueil / Recettes de cuisine / Boulangerie / La couronne briochée
Les Restos du Cœur

La couronne briochée

Imprimer

Crédit Photo : © Aps – Vandemoortele

Proportions pour 8 Personnes Temps de Préparation 35 Minutes
Repos 3 Heures Temps de Cuisson 20 Minutes

Pâte
► 500 g de farine
► 2 sachets de levure de boulanger
► 3 cuillères à soupe d’eau tiède
► 3 œufs
► 75 g de sucre
► Une pincée de sel
► Zeste de citron
► 6 cuillères à soupe de lait
► 125 g de beurre

Dorure
► 1 œuf

Décor
► Gelée d’abricot
► Fruits confits
► Grains de sucre

①• Montage
– Dans un saladier, verser la farine, faire un puits au centre et y ajouter la levure.
– Verser l’eau tiède sur la levure et recouvrir le puits de farine.
– Laisser la levure s’activer pendant 15 minutes (le mélange doit commencer à faire des bulles).
– Ajouter le lait et pétrir la pâte afin d’obtenir une pâte élastique.
– Ajouter successivement les œufs battus en omelette, le sucre, la pincée de sel, les zestes de citron et finir par le beurre pommade*.
– Laisser la pâte reposer durant 2h à température ambiante dans un endroit plutôt chaud.
– Quand la pâte a doublé de volume, la pétrir de nouveau.
– Former la couronne sur une plaque de cuisson, y ajouter la fève et laisser la pâte lever pendant 1h environ.
– Pour parfumer cette couronne briochée, vous pouvez remplacer les zestes de citron par des zestes d’orange ou de la fleur d’oranger (1 cuillère à soupe).

②• Cuisson
– Badigeonner uniformément de dorure la surface de la couronne briochée.
– Enfourner la couronne à 180°C pendant 20 minutes (four préalablement préchauffé).
 
③• Décoration
– Badigeonner la couronne avec de la gelée d’abricot et la décorer avec des fruits confits et des grains de sucre.

Suggestion d'accompagnement : Cidre ou poiré

*Beurre pommade : beurre mou surtout pas fondu

La Fête des Rois a l’art de nous réjouir en nous faisant déguster la fameuse galette si onctueuse et savoureuse et en réunissant tous ceux qu’on aime, famille et amis.
Dès le début janvier, les galettes des Rois ré veillent lespapilles par leur couleur dorée, leur parfum alléchant et leur plaisir gourmand tout en ponctuant l’atmosphère de rires d’enfants, d’applaudissements, d’enthousiasme et de bonne humeur. Cette fête gastronomique aux traditions ancestrales est célébrée partout dans le monde, a ses rites et ses recettes selon les régions ainsi que ses collectionneurs de la précieuse fève. Que vous soyez roi, reine ou pas, la galette des rois a ce pouvoir « magique » de faire scintiller votre palais !

LES DIFFÉRENTES ORIGINES DE LA GALETTE

DES ORIGINES RELIGIEUSES…
La Galette des Rois est le gâteau servi traditionnellement pour l’Epiphanie.

Cette fête chrétienne célèbre, tous les ans, le 6 janvier, la présentation du divin enfant aux rois mages (Melchior, Balthazar et Gaspard), venus spécialement d’Orient, guidés par une étoile pour rendre hommage « au roi des juifs » et lui apporter à Bethléem des présents d’une grande richesse (de l’or, de l’encens et de la myrrhe).
La galette des rois, servie à cette occasion, est une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVème siècle. Désignée par le plus jeune enfant de la famille, la galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire appelée « Part du Bon Dieu » ou « Part de la Vierge » était destinée au premier pauvre qui se présenterait.
Aujourd’hui, l’Epiphanie est devenue une tradition familiale où il fait bon se rassembler pour tirer les rois et partager ainsi la fameuse galette. La personne qui trouvera la fève sera alors couronnée roi et choisira sa reine. Un véritable moment de convivialité attendu chaque année !

En 1870, la première fève en porcelaine fait son apparition et remplace la fève originale (légume), suivent ensuite des miniatures en plastique hétéroclites et plus récemment des santons, ou même des héros de dessins animés en céramique.
Autrefois, la fève désignait le « Roi du jour » ou « Roi de la Fève ». Le Roi désigné se devait d’offrir la galette à son tour le dimanche suivant. Ainsi, les gourmands pouvaient se régaler plusieurs semaines consécutives tout au long du mois de janvier !

DES ORIGINES PAIENNES…
La date de l’Épiphanie correspond aussi à une fête païenne de l’antiquité, « les Saturnales », célébrées par les Romains. La forme ronde et dorée du gâteau est une référence au culte solaire voué à Saturne. Lors des Saturnales, les Romains utilisaient la fève comme « bulletin de vote » pour élire le « Saturnalicius princeps » (Maître des Saturnales ou Roi du désordre). La coutume voulait que le plus jeune se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part. Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui s’amusent à perpétuer cette tradition.

DES PARTICULARITÉS RÉGIONALES… EN FRANCE
La galette des Rois, dans le nord de la France, était à l’origine une simple galette de pâte feuilletée dorée au four, accompagnée de confitures. Aujourd’hui, elle est traditionnellement fourrée avec de la frangipane. Des galettes plus originales sont également proposées, fourrées aux fruits, à la crème, et au chocolat…
Dans le sud-ouest de la France, le gâteau des Rois est une brioche aux fruits confits que l’on nomme « còca » en occitan, en forme de couronne recouverte de sucre. Dans le sud-est, cette même couronne est garnie et couverte de fruits confits. Sa forme s’apparente à une roue et incarne la terre et les champs qui rappellent un ancien rite agraire : l’appel du printemps après l’hiver.

ET AILLEURS
En Espagne, au Portugal (Bolo Rei) et dans les pays d’Amérique latine, Le Día de los Reyes Magos est un jour férié très important.
C’est à l’Epiphanie que les petits espagnols reçoivent des cadeaux et non pas à Noël. Le 6 janvier, jour de l’Epiphanie, donne lieu à des fêtes et des défilés dans les rues espagnoles.
En Belgique et aux Pays-Bas, on préfère la galette à la pâte d’amande.
Le plus jeune se cache sous la table pour désigner les parts et le Roi du jour choisit sa reine. Pendant la journée, les enfants parcourent les rues en chantant la chanson de l’étoile et font du porte à porte pour recevoir des mandarines et des bonbons. Cette coutume tend à disparaître en Belgique exceptée dans les campagnes flamandes.

Le saviez-vous ?
À Paris, les artisans boulangers-pâtissiers offrent tous les ans une galette à l’Elysée. Cette galette ne contient pas de fève afin que le Président de la république ne puisse pas être couronné. Cette tradition remonte à l’année 1975, date à laquelle Valéry Giscard d’Estaing reçut une première galette, géante d’un mètre de diamètre !

Insolite…
A l’occasion de l’Epiphanie 2013, à Mexico, des dizaines de milliers d’habitants se sont retrouvés sur la place centrale de la ville, le Zocalo, pour déguster des parts d’une galette des rois qui pesait 9 375 kg ! Pour la cuisiner, il aura fallu notamment plus de 43 000 œufs !
Selon le Maire, qui s’est félicité du maintien de cette tradition, elle a été découpée en 200 000 parts, qui placées les unes à côté des autres représentaient une longueur de 1,9 km !

CETTE GALETTE GÉANTE AURAIT ÉTÉ DÉVORÉE
« EN MOINS D’UNE DEMI-HEURE » !

La première fève en porcelaine, fabriquée en 1874 en Allemagne, personnifiait un baigneur. A partir de 1892 et jusqu’au XX siècle, les thèmes se diversifient : on découvre des fèves représentatives de l’époque. Les images religieuses apparaissent, telles que les crèches, Jésus, les anges, les colombes, puis laissent peu à peu leur place à la royauté et aux portes-bonheur.
Dans les années 1960 sont apparues des fèves en plastique puis dans les années 1980-1990 des fèves métalliques, principalement dorées (dont certaines à l’or fin). À la fin des années 1980, les fèves en porcelaine redeviennent à la mode. C’est à cette même période, que le dessin animé et la bande dessinée ont commencé à envahir une grande partie du marché actuel de la fève.
Certains boulangers ou pâtissiers renommés, ou non, ont alors eu l’idée de fabriquer leurs propres fèves.

Le saviez-vous ?
❖ La fabophilie (ou favophilie) est l’activité qui consiste à collectionner les fèves des galettes des rois.
❖ Chaque année 4 à 5 000 nouveaux modèles de fèves sortent.
❖ Le prix des fèves va de 10 centimes à 2 000 euros !
❖ Certains fabophiles possèdent une collection impressionnante de fèves pouvant aller jusqu’à 100 000 fèves !

© Vandemoortele | Crédits Photos : © Aps- Vandemoortele / Christophe Doucet
Tous droits de reproduction réservés

CELA PEUT VOUS INTÉRESSER

EN VIDÉOS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 Partages
Partagez4
Tweetez
+1
Enregistrer1
Partagez